La personnalit╚ de Schuffenecker. 1851-1934.

 Schufff.jpg (4951 octets)

 

Il quitte tr╦s t┘t l’╚cole pour travailler comme apprenti dans la boutique de torr╚faction de ses cousins Cornu.

Fascin╚ par le dessin, il suit des cours dans l’atelier de Paul Baudry. A cette ╚poque, il rencontre Alexandre fontalirant.

En 1872, il entre chez l’agent de change Bertin oś Gauguin y travaille d╚jř. Il suit des cours du soir chez Carolus Duran et de l’Acad╚mie suisse oś il entraËne Gauguin.

Une grande amiti╚ lie d╚sormais les deux hommes : il est le t╚moin au mariage de Gauguin en 1873.

Entre 1877 et 1879 , il participe tous les ans au Salon des artistes fran┴ais. Il peut d╚sormais vivre de son art.

En 1880, il d╚missionne de chez Bertin pour se consacrer ř la peinture, il commence une collection de peinture.

En parall╦le ř son travail d’artiste, Schuffenecker se lance dans le commerce de la bijouterie avec Alexandre Fontalirant.

En 1886, il part en Bretagne et s’installe ř Concarneau, il fait la connaissance d’Emile Bernard. A cette ╚poque, Th╚o Van Gogh lui rend fr╚quemment visite.

 

 

 

En 1889, il organise et participe ř l’exposition du Groupe impressionniste et Synth╚tiste au Caf╚ Volpini.

En 1891, querelle avec Gauguin.

Au d╚but du XX╦me si╦cle, Schuffenecker est le deuxi╦me plus grand collectionneur de tableaux de Van Gogh, juste derri╦re la famille de celui-ci. Il poss╦de une importante collection de 120 tableaux de Van Gogh, Gauguin, redon, C╚zanne... En 1903, il vend sa collection ř Am╚d╚e, son fr╦re. A partir de 1920, il vend des faux Van Gogh, le rapprochement est vite fait avec Claude-Emile. A la mort d’Am╚d╚e, un artiste notera la pr╚sence de nouveaux van Gogh dans sa collection. 

L’oeuvre de Schuffenecker ne d╚voile pas le profil d’un tr╦s grand artiste de l’envergure d’un Van Gogh ou d’un Gauguin. N╚anmoins, son oeuvre est riche et r╚v╦le une ╚volution en parall╦le des diff╚rents courants picturaux qui apparaissent ř la fin du XIX╦me si╦cle et au d╚but du XX╦me si╦cle.

Le Bateau-lavoir au bas-Meudon (Mus╚e d'Art et d'Histoire, Meudon, 1881) est un des premiers tableaux connus de Schuffenecker. Le choix des couleurs et le sujet renvoient ř l’╚cole de Barbizon. A cette ╚poque, l’artiste se cherche, il n’a pas encore constitu╚ autour de lui, ce groupe de peintres qui seront ses amis (Gauguin, redon, Bernard, S╚rusier...).

Le premier meurtre ou La mort d’Abel (Mus╚e Georges Garret,Vesoul, 1884) est un sujet unique dans l’oeuvre du peintre. Lui, qui reproduit surtout des paysages, peint ici un sujet biblique sous l’aspect d’un tableau acad╚mique. Mais le choix de la composition, du traitement du sujet d╚note d╚jř un souci d’╚chapper aux r╦gles ╚dict╚es par l’Acad╚mie. Le corps d’Abel est trait╚ avec beaucoup de r╚alisme et sa position offre aux spectateurs l’impression d’═tre eux m═me t╚moins du meurtre dans le m═me esprit que L’Enterrement ř Ornans (Mus╚e d'Orsay, 1849) de Gustave Courbet.

 

 

Seulement deux ans plus tard la mort d’Abel, Schuffenecker a totalement modifi╚ sa fa┴on de peindre tant pour le traitement que pour le sujet. Sous l’influence de son groupe d’amis et ses d╚placements en Bretagne, il va peindre de nouveaux paysages bretons dans un traitement impressionniste : Personnage dans la lande Bretonne (Collection pariculi╦re, 1886).

La Normandie va ╚galement influencer son oeuvre : Vue des falaises d’Etretat (Indianapolis Museum of Art, 1888) nous montre un Schuffenecker qui s‘essaye au traitement chromatique de Seurat.

Ce peintre de paysages portraitura ses amis peintres (Odilon Redon, Emile Bernard), ses associ╚s en affaires ( Alexandre Fontalirant), ou des femmes de ses connaissances (la Comtesses de la Rochefoucauld) le Portrait de Madame F╚licien Champsaur (Mus╚e de Pont-Aven, 1890) en est un autre exemple. Elle porte un corsage orn╚ de broderie ř la mani╦re des gilets du pays Bigouden.

Ces apports vestimentaires bretons et la statuette pr╚sente ř l’arri╦re-plan nous renvoient directement aux oeuvres de Paul Gauguin et un parall╦le peut ═tre fait avec La Belle Ang╦le (Mus╚e d'Orsay, 1889).

Enfin, nous terminerons ce court expos╚ de l’oeuvre de Schuffenecker par son emprunt aux oeuvres de ses amis synth╚tistes. Dans Paysage symboliste (Collection particuli╦re, vers 1895), il utilise la ligne de couleur fonc╚e pour tracer le contour des arbres. Ce paysage est trait╚ en aplat.

 

Nous venons de pr╚senter succinctement cet artiste qui est peut ═tre l’auteur d’un des tableaux le plus chers au monde. Nous avons vu qu’il subit souvent l’influence de ses amis peintres.

Ce peintre ╚tait appr╚ci╚ de ses amis et de ses ╚l╦ves car il les aidait souvent financi╦rement et il ne faut pas oublier qu’il est ř l’origine de l’exposition du caf╚ Volpini lors de l’exposition universelle de 1889. Etait-il cet escroc souvent d╚peint par les sp╚cialistes qui voient en lui un faussaire ? Nous vous laissons en juger...